Outils personnels

Outils personnels

Consulter les statistiques
Nombre d'insrits: 6738


Connectés

Actuellement connecté: 000
Connectés aujourd'hui: 000

Mise à jour dans 90 secondes

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil / Ecoles / France métropolitaine / Tulle

Tulle

 

ECOLE MILITAIRE PREPARATOIRE TECHNIQUE

de

 

TULLE

 

1924-1967

 

Historique


               L'école Militaire Préparatoire Technique de Tulle est créée le 1er octobre 1924 en application d'une décision ministérielle du 23 mai 1924 qui spécifie : 
          "L'Ecole de Montreuil-sur-Mer est transférée à Tulle."
          "L'Ecole de Tulle devra pouvoir recevoir 800 élèves qui y feront deux ans."

        L'Ecole de Montreuil-sur-Mer (plus d'information) datait de 1886, elle avait été créée en même temps que cinq autres écoles de base : Rambouillet, Autun, Saint-Hyppolite-du-Fort, Les Andelys et Billom en application de la loi du 19 juillet 1884.
     Au lendemain de la guerre de 1914-1918, à la suite du développement considérable du machinisme dans l'armée, après. le rôle déterminant dans 1a victoire joué par 1es chars de combat, l'artillerie, les transmissions et en prévision de 1a place future de ces unités dans une armée moderne, il apparaît opportun de former un personnel spécialisé pour la conduite et l'entretien de ces matériels nouveaux. 
      Dans la volonté de permettre la continuité du recrutement de ce personnel, on songe à utiliser les ressources offertes par les écoles militaires préparatoires créées en 1886 dont les élèves doivent contracter un engagement à long terme dès l'âge de dix huit ans. A cet effet, dès 1920, deux sections d'enseignement professionnel sont créées dont une pour les électriciens à Montreuil-sur-mer, l'autre pour les mécaniciens à Billom. 
      En 1922-1923, l'enseignement (plus d'information) dans les écoles militaires préparatoires est ainsi organisé: A leur admission (13 ans), les enfants sont répartis entre trois écoles élémentaires où ils passent deux ans. A l'âge de 15 ans, ils sont envoyés pour recevoir pendant trois ans, soit à Autun un enseignement général, soit à Billom un enseignement technique mécanique, soit à Montreuil-sur-Mer pour un enseignement technique électricité. Cette dernière école forme des spécialistes des transmissions pour toutes les armes et des électro-mécaniciens pour le Génie. 
      Mais, dès le départ en 1920, un certain nombre de reproches sont faits à l'enseignement donné dans ces deux écoles à vocation technique: Les besoins de plus en plus grands des armées en techniciens, exigent notamment un développement de l'enseignement professionnel que ne permettent pas les locaux trop exigus de Billom et de Montreuil. Or, si l'extension des deux établissements s'avère difficile, par contre le groupement de l'enseignement technique sous une même direction permet d'espérer une meilleure impulsion et un rendement accru.

              
               En 1923, on choisit la ville de Tulle car quatre casernes ayant abrité le 100ème Régiment d'Infanterie sont sans emploi et l'implantation locale de la Manufacture d'armes doit faciliter la mise sur pied et le développement de la future école.

              

   En mai 1924, dans le respect de la loi du 19 mars 1884, qui limitait à six le nombre d'E.M.P. l'école de Montreuil-sur-Mer est supprimée et l'école de Billom perd sa section de mécaniciens. De la fusion de cet ensemble, naît l'Ecole militaire préparatoire technique de Tulle. Elle s'installe dans les casernes du Champ de Mars, de Lovy (plus d'information), de Marbot et des Récollets. Le 1er octobre 1924, elle est en mesure de commencer l'enseignement.

               L'E.M.P.T. de Tulle va subir une suite de réorganisations conditionnées par les événements et les besoins évolutifs des armées.

 

 

  Organisation de 1924 à Tulle

 

               Les résultats obtenus dans le passé à Billom et Montreuil-sur-Mer n'ont donc pas été jugés satisfaisants et c'est cette considération surtout qui fait envisager dès 1923 le transfert à Tulle.

               Cette nouvelle école, placée sous la tutelle de la Direction de l'Artillerie, doit donc pouvoir accueillir 800 élèves qui y feront deux ans après avoir reçu dans les écoles élémentaires de Rambouillet et de Billom des notions de travail des métaux en pré-apprentissage. Dès la première rentrée scolaire, les élèves sont divisés en trois niveaux : A (forts), B (moyens) et C (faibles). Une section d'électricité (80 élèves environ) est constituée en 2ème année. A leur sortie de l'Ecole, les élèves entrent dans les centres de spécialisation organisés par les différentes armes.

               L'école a donc dès sa création un caractère nettement professionnel et pratique. D'ailleurs son premier commandant, le lieutenant-colonel Chalaux, .était sous-directeur technique à la Manufacture d'armes.

              

Dans la succession de tâtonnements et d'expériences successives ont peut mettre en évidence quatre principales réorganisations ( plus d'informations)
     - La réorganisation de 1931 avec sa réforme des structures et du recrutement,
     - La réorganisation de 1940 consécutive aux conventions d'armistice,
     - La réorganisation de 1942 essentiellement imposée par l'Education Nationale,
     - La réorganisation de 1945 sous la tutelle de la Direction centrale du Matériel.
 


L'après guerre

             Par note de service du 6 juillet 1945, l'administration et l'organisation de l'Ecole de Tulle sont désormais assurées par la Direction centrale du Matériel.

             En 1946, Tulle est jugé trop petit, ou tout au moins ne sortant pas suffisamment de spécialistes en regard des nouveaux besoins de l'armée de terre. Début 1947, une section d'apprentissage est créée au Centre d'organisation et d'instruction du Matériel N° 1. (C.O.I.M. N°1 - plus information) du Mans où une vingtaine d'élèves en provenance de l'Ecole militaire enfantine Hériot de La Boissière-Ecole sont envoyés. Le 1er octobre de la même année, une école semblable à celle de Tulle est créée au Mans (plus d'information) où 133 élèves entrés à Tulle en 1946 vont poursuivre leurs études jusqu'en 1950. Dès juin 1947, le concours d'entrée dans ces deux écoles militaires préparatoires techniques prévoit un recrutement séparé pour Tulle et Le Mans.

            Le 30 septembre 1948, l'école du Mans devient autonome.

           A partir de 1952, Tulle et Le Mans dispensent l'enseignement à partir de la 5ème, le recrutement continuant de se faire aussi en 4ème.

           En 1953, comme au Mans l'année précédente, sous le commandement du lieutenant-colonel Liénard, est créée à l'E.M.P.T. de Tulle une classe préparatoire aux Arts et Métiers. Devant l'absence de résultats (un seul candidat, l'élève Gendreau, réussit dans cette voie), la section AM est supprimée et les élèves à potentiel rejoignent à partir de 1956 la section du Mans qui est maintenue.

           L'E.M.P.T. de Tulle dispense, à la fois, un enseignement général et un enseignement technique à 800 élèves. Le recrutement a lieu par concours annuel pour une admission dans les classes de 5ème et de 4ème où l'enseignement n'est pas différencié. C'est à l'issue de la 4ème que les élèves sont orientés. en fonction de leurs aptitudes, vers l'enseignement technique dans des spécialisations mécanique ou électricité. Les très bons élèves sont dirigés vers un enseignement technique, en vue de l'obtention du baccalauréat "Mathématique et Technique", ouvrant des voies vers les grandes écoles.

            Les deux écoles de Tulle et du Mans fournissent à l'armée, par la voie des grandes écoles militaires, des officiers qui, même s'ils ne font pas carrière de techniciens, sont tout de même des éléments particulièrement réceptifs à la technique, possédant d'utiles connaissances théoriques et pratiques en mécanique, électricité et en technologie.  Grâce aux  commandants d'école (voir la liste) soutenus par un encadrement plein de bonne volonté et un corps professoral de qualité, beaucoup de jeunes réussirent dans la vie  militaire ou  civile parfois dans les deux car de nombreux anciens élèves embrassèrent successivement des carrières diverses.

            La répartition dans quatre groupes de bâtiments, nettement séparés à travers la ville engendre de nombreux problèmes par la pluralité de certains locaux : cuisines et réfectoires, blocs médicaux, sanitaires, impose une activité extérieure qui participe à celle de la ville et fait intégrer la vie de l'école dans la ville qui a rapidement adoptée l'Ecole.

           Les besoins changent avec les réductions du format de l'armée de terre ; les origines du recrutement des sous-officiers spécialistes également. L'E.M.P.T. de Tulle est dissoute à l'été 1967. Elle est remplacée jusqu'en 1984 par l'annexe de l'Ecole d'enseignement technique de l'armée de terre, école de formation de sous-officiers dont la portion centrale est à Issoire (Puy-de-Dôme).

          Le sentiment patriotique et l'esprit de sacrifice inculqués à l'école, inspirèrent de nombreux membres de cette école : professeurs, cadres et élèves. 95 anciens élèves de l'E.M.P.T. de Tulle sont morts pour la France durant la 2ème guerre mondiale. 3 professeurs, 4 élèves et 18 maîtres d'internat furent déportés le 2 juillet 1944. 2 anciens élèves furent pendus le 9 juin 1944 ainsi qu'un chauffeur. 1 professeur, 3 anciens élèves de l'école ont été fusillés. De nombreux professeurs, cadres et élèves ont rejoint des groupes de résistants ou les FFL et beaucoup sont morts pour la France. L'E.M.P.T. a aussi payé un lourd tribut aux guerres d'Indochine et d'Algérie.
              

 

       Pour ne pas oublier ces morts glorieux, chaque année, lors de la distribution des prix, le major de la promotion sortante les appelait par leurs noms ; ensuite, lèvres closes tous les élèves fredonnaient l'air de l'hymne de la résistance, Le Chant des Partisans de J. Kessel et M. Druon.... (à écouter ci-dessous)

                A sa création en 1924, l'Ecole technique de Tulle, reçoit en garde le drapeau de l'E.M.P. de Montreuil-sur-Mer et reprend les traditions de cette école. En 1947, ce drapeau est confié à l'E.M.P.T. du Mans qui le lui restitue en 1959 lors de la réception de son propre drapeau. 
                Quatre insignes seront portées par les élèves en fonction des époques avec les initiales E.T.T. pour Ecole technique de Tulle ou E.M.P.T.
               En 1967, l'ensemble des traditions de Montreuil et de Tulle est repris par l'Ecole du Mans et ce jusqu'à sa fermeture en 1985.

 

Mise en page J. P. 2004
Mise à jour J. P. 2006

Inséré et complété A. B. 2015
 

 

 


     Les traditions de l'E.M.P.T. de Tulle             
La devise de l'Ecole inscrite sur ses murs est empreinte de modestie, d'abnégation mais aussi de grandeur, elle a soutenu les élèves durant ses 43 ans d'existence :

BIEN APPRENDRE POUR MIEUX SERVIR
Cette devise est maintenant celle de l'Ecole supérieure et d'application du Matériel à Bourges.

LCL Léonard

Le lieutenant-colonel Léonard
Commandant l'EMPT de Tulle (1945-1948)

Le lieutenant-colonel Léonard, durant la guerre 39-45, a été affecté au 3ème bureau de l'Etat-major de l'armée en tant que chef de la section "Ecoles". Il rejoindra la Résistance et les FFI puis prendra à la Libération, comme chef d'escadron, le commandement de l'Ecole militaire préparatoire technique de Tulle à l'été 1945 qui venait d'abandonner son statut d'Etablissement d'éducation. Il sera donc le premier commandant de la nouvelle ère de l'EMPT et durant trois ans, il aura la lourde tâche de reprendre en main l'organisation, l'administration et l'enseignement.

A la fin de son commandement, Monsieur Crousillac, professeur principal de l'Ecole, prononça un élogieux discours lors de la cérémonie de passation de commandement. Ce discours est présenté en fac-similé dans un document relatif à des échanges de points de vue relatifs à la création d'une section Arts et Métiers à l'Ecole de Tulle dont M. Crousillac laisserait sous-entendre dans son discours que le Lt-colonel Léonard serait l'initiateur dès 1943-1944.

    


Origines des informations publiées sur la page relative à l'EMPT de Tulle

  La page relative à l'EMPT de TULLE a été conçue et rédigée avec l'aide d'anciens élèves qui ont puisé des informations dans leur documentation personnelle et dans leurs souvenirs mais surtout grâce à quatre documents :

  1) Le numéro spécial N° 3 de 1980 de la Revue historique des armées intitulé "Le Matériel" dont le chapitre "Les centres d'instruction du Matériel de Bordj-Menaiel (1943) à la Martinerie (1978)".
  La Revue historique des armées a été couronnée par l'Académie française en 1954, c'est une revue trimestrielle commune aux trois armées, Terre, Air, Mer.  Adresse : Château de Vincennes 94300 Vincennes.

  2) Le livre "HISTORIQUE des Enfants de Troupe et des Ecoles Militaires Préparatoires".
   Cet ouvrage, inspiré d'une étude du commandant Sanguinède, ancien enfant de troupe, publiée  en 1922, est le résultat d'un travail collectif remarquable dirigé par E. Fournout (AU-LF 18-23), président général de l'Association des AET de 1956 à 1963.
   Edité en 1963, le livre n'est plus disponible, il est une somme d'informations qui pourrait faire l'objet  d'une suite reprenant les années 1960 à 2004.

Tulle8 image.2005 01 14.9488122128


  3) Le "Mémorial des Enfants de troupe morts pour la France" par Jean Galle (BI 40-44) édité en 1999 par l'Association des AET :
- Recueil émouvant, ce livre est un inventaire, malheureusement non exhaustif, des anciens élèves des EMP et EMPT qui ont fait le sacrifice suprême de leur vie à la Patrie.
- Préfacé par M. Pierre Messmer, ancien ministre, le Mémorial est disponible au siège de l'Association des AET à Paris.

  4) "L'annuaire 2000" des AET disponible au siège de l'Association des AET à Paris.

Daniel Grossin
(Tu 59, Au 63, Ai 65-67)

raconte son séjour à l'EMPT de Tulle et sa fierté d'être AET dans
"Ma vie d'enfant de troupe".
On peut aussi retrouver cet article dans la rubrique "articles de fond".

Anciens tullistes,
rendez-vous ici sur la page de la
section des anciens de Tulle

Un rassemblement d'anciens

Les anciens élèves peuvent s'enorgueillir
d'avoir salué un drapeau où ont été épinglées

les décorations prestigieuses et glorieuses :

la
Croix de chevalier de la Légion d'honneur,
la
Médaille de la Résistance avec rosette,
la

Croix de guerre 39-45,
la
Croix de guerre des TOE avec palme.

Tulle dispose
d'un domaine architectural

intéressant notamment cette très belle façade de la Maison Loyac datant du XVIe siècle.


Pour en savoir plus sur Tulle et sa région :

Le site officiel de la ville de TULLE

 http://www.ville-tulle.fr

L'Office de tourisme de Tulle
 http://www.tourisme.fr/office-de-tourisme/tulle.htm

Le site officiel du Département de la Corrèze
: http://www.cg19.fr