Outils personnels

Outils personnels

Consulter les statistiques
Nombre d'insrits: 6695


Connectés

Actuellement connecté: 001
Connectés aujourd'hui: 001

Mise à jour dans 90 secondes

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Vous êtes ici : Accueil / Sections / Puy de Dôme

Puy de Dôme



Prochaine réunion le 9juin 2018 au restaurant "Le Billomois" à Billom à 10h30 suivi du repas traditionnel
 
Voir le nouveau site des AET d'Auvergne
https://aet63association.wixsite.com/aet63
 
 

Note importante : la mise à jour de cette page n'est "presque" plus d'actualité, la section s'est dotée d'un site propre : 

https://aet63association.wixsite.com/aet63

 

L'Auvergne, l'une des plus belles régions de France, géographiquement au centre du pays. Parmi les lieux mythiques, le Puy de Dôme, superbe volcan éteint qui domine la plaine de la Limagne et, trônant sur la Chaîne des Puys, ouvre la porte aux sommets du Massif Central.

 

Le héros régional : Vercingétorix vainqueur des armées de César sur le plateau de Gergovie.

 

La Région Auvergne comporte 4 départements :

 

l'Allier      le Cantal    la Haute-Loire    le Puy-de-Dôme 

 

L'Auvergne a jadis abrité deux des fleurons de nos Ecoles, l'EMP de Billom puis lEcole d'Issoire.

Le compositeur de la célèbre Marche des Enfants de Troupe, Armand Tournel a été chef de la Musique de l'EMP de Billom

 

Billom

 

 

" Honneur et Patrie – Valeur et Discipline " 

 " Ne pas subir "

"Ne pas subir" fut la devise choisie à partir de 1951

 

               La loi du 19 juillet 1884 (loi qui ne fut abrogée qu’en 1983) met fin au système des enfants de troupe dans les régiments et porte création à leur intention de six Ecoles Militaires Préparatoires, 4 pour l’infanterie : Les Andelys, Rambouillet, Montreuil sur Mer, Saint Hippolyte du Fort, 1 pour la cavalerie : Autun et 1 pour l’artillerie et le génie : Billom. L’orphelinat militaire de la Boissière, créé à la même époque par le commandant Hériot, concerne les très jeunes enfants du primaire, il est reconnu comme école militaire préparatoire et complète le dispositif.

               Après la décision parlementaire de créer des écoles d'enfants de troupe, comme d'autres villes que l'armée avait quitté, Billom se souvint de son ancienne garnison et avait sollicité après 6 mois de discussions orageuses en son conseil municipal une de ces écoles, elle obtint gain de cause mais dut sacrifier son collège qui s’installa à Courpière.

               
               Une instruction ministérielle du 5 janvier 1886 fixe au 1er avril l’ouverture de l’Ecole militaire préparatoire de Billom, afin d’y recevoir tous les enfants de troupe inscrits sur les registres matricules des régiments d’artillerie, du génie, des escadrons du train, des équipages militaires et des compagnies de gendarmerie maintenus au corps ou laissés dans leur famille et nés du 1er août 1868 au 3 juillet 1872 , trente enfants de troupe de la marine remplissant les mêmes conditions d’âge , un certain nombre de fils de militaires non encore admis comme enfants de troupe et nés du 10 août 1869 au 31 juillet 1872.

               Le 23 avril, l’effectif des élèves reçus est de 375. Le personnel enseignant comprend huit professeurs et des religieuses de Saint Vincent-de-Paul sont placées à la tête du service de l’infirmerie et de la cuisine. Un chef d’escadron de l’artillerie commande l’école, son adjoint vient du génie.

               Dès leur création les EMP sont l'objet d'un grand engouement mais une dizaine d'années plus tard, du fait d'un enseignement volontairement limité aux études primaires, le recrutement fléchit et au début du 20èmesiècle on pense même fermer des écoles. Le général Sarrail, directeur de l'Infanterie réagit vivement mais les directives étaient plus ou moins bien appliquées et la première guerre mondiale ne favorise pas le redressement entrepris.

               En 1919, une réorganisation complète de l'enseignement est décidée. En 1921 Billom comme Montreuil-sur-Mer devient une école professionnelle. On y donne des cours de l'enseignement primaire supérieur et des cours techniques de mécanique, d'électricité, d'ajustage et l'on forme des conducteurs de moteurs et machines à vapeur. L'enseignement technique est partiellement transféré à l'EMPT de Tulle à sa création en 1924, création qui entraîne également la fermeture de l'EMP de Montreuil-sur-Mer. Les élèves à l'issue de leur cinquième année sont affectés dans les centres de spécialisation de Versailles (chars de combat), Fontainebleau (automobile) et de Bordeaux (aviation).

               En 1933, la section de pré-apprentissage préparatoire à l’admission à l’école de Tulle est supprimée. En 1942 est créée une classe de 6ème. En 1943, l'EMP prend le nom d'Etablissement d'éducation.

               Durant la seconde guerre mondiale, à part un court repli d'une semaine sur Mauriac, l'école ne quittera pas ses quartiers. Elle accueillera des éléments de l'EMP des Andelys. 22 élèves rejoindront le maquis en 1944 avec des enseignants et des surveillants ; 10 d'entre eux mourront au combat ou en déportation ou des suites de la captivité.

               L'après-guerre est sans histoire, les 350 élèves poursuivent leurs études de la 4ème à la 1ère. Ils préparent la deuxième partie du baccalauréat soit à Autun, soit à Aix-en-Provence. Alors que la guerre d'Algérie s'achève, l'Ecole est fermée en 1963.

               En 77 ans, près de 11 000 élèves ont fait leurs études à l'Ecole militaire de Billom. Parmi eux on compte une cinquantaine de généraux dont 1 général d’armée, 2 amiraux, des députés dont un est énarque, des maires et des conseillers généraux, des journalistes, des professeurs et instituteurs, des avocats, des avoués, etc. Son drapeau est décoré de la croix de chevalier de la légion d’honneur, de la croix de guerre avec palme guerre 1914-1918, de la croix de guerre avec palme guerre de 1939-1945 et de la croix de guerre avec palme des théâtres des opérations extérieures.

En tout temps, en tout lieu, les Enfants de Troupe de l'EMP de Billom ont " Servi " leur pays quelles que soient les circonstances.

L'histoire de nos insignes


Mise en page J. P. 2004

Issoire

Ecole des apprentis techniciens de l'armée de terre
1963-1966
Ecole d'enseignement technique de l'armée de terre
1966-1977

Ecole nationale technique des sous-officiers d'active
1977-1998



L'Ecole de formation des sous-officiers de l'armée de terre
(Branches techniques)
a été créée en 1963 à Issoire avec plus tard en 1967 une annexe à Tulle dans les anciens casernements de l'EMPT dissoute deux mois plus tôt.
L'annexe de Tulle a été fermée en 1984. L'ENTSOA a été dissoute en 1998.

Création, installation
                La création de l'Ecole avait pour objectif "d'assurer le recrutement des personnels techniciens de l'armée de terre et de donner aux jeunes gens qui y sont admis en qualité d'apprentis, une formation technique, militaire et morale les préparant à leur rôle de sous-officiers techniciens et leur permettant d'accéder aux différents grades.". Les besoins de l'armée de terre étant importants, il fallait trouver une infrastructure adaptée. La garnison d'Issoire dans le Puy-de-Dôme comprenait de grands ensembles sur 52 hectares qui avaient abrité notamment des régiments d'artillerie depuis 1920. Le Général Le Pulloch, chef d'état-major de l'armée de terre, choisit le quartier de Bange pour accueillir la future école au début de 1963.

               Début octobre de la même année, arrivèrent les 250 premiers apprentis correspondant à une demi-promotion dans un vaste chantier. L'Ecole ne cessa par la suite d'évoluer et de s'agrandir.

Recrutement et enseignement
               Le recrutement, à l'origine, concernait des jeunes garçons de 16 ans dirigés vers des certificats d'aptitude professionnelle (CAP) d'électromécanique, d'électricité auto et de mécanique auto et destinés à devenir sous-officiers techniciens de l'Armée de terre après un engagement à 18 ans. Durant la troisième année scolaire, une première formation militaire était inculquée aux élèves. Très vite le CAP de mécanique générale rejoignit les trois premiers puis ceux de comptables et de mécaniciens monteurs. 
               En 1970, l'Ecole présenta ses premiers brevets d'études professionnelles (BEP) d'électronique, suivis par la suite des BEP de mécanique auto, d'électromécanique, de mécanique générale et de comptable mécanographique.
               C'est à Tulle, en 1979, que s'ouvre la première classe de bacheliers, une 1ère F3. L'année suivante,  à Issoire, c'est une classe de 1ère F2 qui voit le jour.

               1986, est un tournant dans le recrutement des élèves, les premières filles arrivent à Issoire et les filières BEP sont supprimées.
               A la rentrée de septembre 1992, une classe de baccalauréat F1 s'ouvre. Elle obtiendra 100 % de réussite deux ans plus tard.
               En 1993, de nouveaux besoins apparaissant, on recrée des classes de BEP en électronique et maintenance véhicules automobiles.

               A l'instar de l'ENSOA de Saint-Maixent, il est décidé en 1996 de ne former que des sous-officiers bacheliers. La réduction du format de l'armée de terre, la réorganisation de la maintenance de ses matériels et les capacités des ressources des établissements privés et publics, condamnent l'ENTSOA qui est dissoute à l'été 1998. L'Ecole sous ses appellations successives aura formé pendant 35 ans près de 14 000 sous-officiers techniciens en 34 promotions dont les meilleurs  accèderont à l'épaulette.

Traditions
               Le 26 février 1965, l'EATAT recevait son drapeau des mains de M. Pierre Messmer ministre des armées. L'emblème de l'Ecole participa à de nombreuses manifestations du 14 Juillet sur les Champs Elysées à Paris, aux cérémonies patriotiques à Tulle et Issoire mais aussi en Corrèze et dans le Puy-de-Dôme. 
L'Ecole adopta comme devise :

EXEMPLE - RIGUEUR

               L'Ecole eut deux insignes aux graphismes identiques évoluant simplement avec la nouvelle appellation en 1977. Chaque promotion, en troisième année, recevait le nom d'un Parrain et son insigne distinctif au cours d'une grande cérémonie. A la fin de la deuxième année, les élèves recevaient solennellement les képis, marquant ainsi leur passage de scolaires à militaires, puis prenaient en garde le drapeau alors que les aînés de la troisième année devenaient sergents.

                Durant 35 années, l'ENTSOA fit partie intégrante de la ville d'Issoire. La 23ème  promotion de l'Ecole  prit le nom de "Ville d'Issoire", preuve de l'osmose de la cité et de ses habitants avec l'Ecole, ses cadres et ses élèves.

 

Mise en page J. P. 2005

 

Messages importants

Nouveau site de la section des AET d'Auvergne

Information pour l'accès au site AET63

Page Facebook AET d'Auvergne

Lien vers la page AET d'Auvergne

Nouveau président 2017

Recherche de président
Prochaines réunions

Les réunions de la section du Puy de Dôme ont lieu le 2ème samedi des mois de Janvier, Avril, Juin et Septembre,

Actuellement les réunions vont se tenir à la mairie de BILLOM, la prochaine le samedi 13 janvier 2018

Repas à suivre au restaurant "Le Billomois" dans les conditions habituelles

et il convient de s'inscrire auprès de notre secrétaire Evelyne Faugeroux avant la date indiquée dans chaque convocation.

Evelyne FAUGEROUX 

7 route de St-Julien 63160  BILLOM 

ou Tél :     04.73.68.53.00

courriel : evelyne.fgx@wanadoo.fr

Informations pratiques

Changements chez les AET d'Auvergne

Changements chez les AET d'Auvergne

Liste des sections actives

Liste des sections (en gras) ayant créé leurs pages Internet sur le site de l'association

Sections "géographiques" relevant d'un ou plusieurs départements

(Lien établi sur le nom de la section)
 

- 010-Ain
- 020-Aisne et Ardennes
- 040-Alpes-maritimes
- 110-Aude
- 130-Bouches-du-Rhône (Marseille)
- 131-
Bouches-du-Rhône (Aix-en-Provence)
- 160-Charente
- 170-Charente-maritime
- 190-Corrèze
- 200-Corse
-
210-Côte-d'Or
- 240-Dordogne
- 250-Doubs
-
262-Drôme
- 910-Essonne
- 270-Eure
-
300-Gard
- 310-Haute-Garonne
- 320-Gers

- 330-Gironde
- 971-Guadeloupe
- 973-Guyane
- 340-Hérault
- 350-Ille-et-Vilaine
- 370-Indre-et-Loire
- 380-Isère
- 390-Jura
-
400-Landes
- 420-Loire
- 440-Loire-atlantique
- 450-Loiret
- 460-Lot
- 470-Lot-et-Garonne
- 490-Maine-et-Loire (Angers)
-
494-Maine-et-Loire (Saumur)
- 510-Marne
- 520-Haute-Marne
- 530-Mayenne
- 540-Meurthe-et-Moselle

- 550-Meuse
- 560-Morbihan
- 570-Moselle
- 590-Nord et Pas-de-Calais
-
980-Nouvelle-Calédonie
- 750-Paris
- 630-Puy-de-Dôme
- 640-Pyrénées-atlantiques (Pau-Béarn)
- 641-Pyrénées-atlantiques (Bayonne-Pays basque)
- 650-Haites-Pyrénées
- 660-Pyrénées-orientales
- 974-La Réunion
- 670-
Bas-Rhin
- 680-Haut-Rhin
-
690-Rhône
- 714-Saône-et-Loire
- 720-Sarthe

- 740-Les Deux-Savoies
- 760-Seine-Maritime
- 773-Seine-et-Marne
- 794-Deux-Sèvres

- PAP-Tahiti
- 810-Tarn
- 820-Tarn-et-Garonne
- 900-Territoire-de-Belfort
-
833-Var (Draguignan)
- 834-Var (Hyères Toulon)
- 836 Var (Fréjus, Saint-Raphaël)
- 840-Vaucluse

- 850-Vendée
- 860-Vienne
-
870-Haute-Vienne
- 880-Vosges
- 890-Yonne Aube Nièvre
-
780-Yvelines

Sections écoles/promotions (relevant d'une école et/ou d'une ou plusieurs promotions)

- Section EMPT de Tulle
- Section EME Hériot La Boissière-Ecole